Lola Lafon adapte à la scène la musicalité de son quatrième roman

S’inscrivant dans la vague actuelle d’écrivains investissant les salles de concerts, Lola Lafon adapte sur scène son quatrième roman « La petite communiste qui ne souriait jamais ». Cette création sera présentée en décembre 2015 au Théâtre de la Cité Internationale.

Du 3 au 18 décembre 2015, l’artiste Lola Lafon présentera au Théâtre de la Cité Internationale, dans le 14ème arrondissement, au sein de la Cité internationale universitaire de Paris, son spectacle intitulé « La petite communiste qui ne souriait jamais ». Un concert-lecture s’inspirant du quatrième roman du même nom paru en 2014 de cette écrivain, chanteuse, compositrice, féministe et libertaire française.

Les précédents romans de cette auteur se nommaient « Une Fièvre impossible à négocier » (2003), « De ça je me console » (2007), « Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce » (2011). Le dernier en date a été récompensé par plusieurs prix dont le Grand prix de l’héroïne Madame Figaro 2014, catégorie Roman.

Cette petite communiste qui ne souriait jamais à laquelle fait référence le roman, c’est Nadia Comăneci, jeune gymnaste issu de l’URSS. Et qui, en 1976, stupéfia le monde entier en survolant les épreuves de gymnastique aux JO de Montréal. À l’Est, elle devint aussitôt une héroïne socialiste ; à l’Ouest, une icône publicitaire.

L’an dernier, Lola Lafon écrivait un roman où elle imaginait les confidences de Nadia C.Aujourd’hui, le livre – publié chez Actes Sud – est devenu une lecture musicale, avec des chansons pour raconter autrement et « des post-it pour se souvenir ».

Sa démarche fait écho d’une part à une certaine nostalgie d’une guerre froide entre bloc ouest et est, matérialisée par la crise syrienne. Mais aussi surtout à une véritable tendance actuelle,évoquée récemment par Next/Libération, celle des écrivains comme Mathias Enard, Mathieu Riboulet, Chloé Delaume qui investissent les salles de concerts.

Il y a aussi le cas de Virginie Despentes racontant avec le groupe de post-rock lyonnais Zerö le ghetto du «Requiem des innocents» du scandaleusement méconnu écrivain de génie Louis Calaferte (auteur de « Septentrion »). On se souvient aussi des concerts et disques chez Tricatel deMichel Houellebecq ou de Maurice G.Dantec avec le pape de la musique électronique 70’sRichard Pinhas.

Lola Lafon qui a a d’ailleurs sorti deux albums, « Grandir à l’envers de rien » en 2006 et « Une vie de voleuse » en 2011 avec la participation de Dominique A. avait déjà passé la rampe de la scène. Il y a trois ans, elle livrait par exemple des concerts lectures au Luxembourg.

Le premier roman de Lola Lafon se déroulait au sein de la mouvance autonome parisienne de la fin des années 1990. Dans le milieu des squats, la narratrice s’engageait avec des militants anarchistes dans les luttes antifascistes.

Les places pour ce spectacle sont accessibles à des tarifs allant de 7 à 22 €, le tarif pour les 13/30 ans étant de 13 €. 

Source Concerts Live

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s