Un as de pique rejoint les dieux du rock and roll – Lemmy n’est plus

Décès de «Lemmy», légende du rock et leader du groupe Motörhead

Le fondateur, chanteur et bassiste du groupe est mort dans la nuit de lundi à mardi d’un cancer fulgurant qui avait été diagnostiqué il y a deux jours seulement. Il venait de fêter ses 70 ans.

Selon la légende, les médecins qui venaient de soigner Lemmy pour une broutille il y a de cela quelques décennies, ne lui imposèrent qu’une seule contrainte: ne jamais, jamais donner son sang à quiconque.

«Notre puissant et noble ami Lemmy est décédé après une courte bataille contre un cancer extrêmement agressif», a déclaré le groupe dans son message. «Il avait appris qu’il était atteint de cette maladie le 26 décembre alors qu’il était chez lui, assis devant son jeu vidéo préféré, en compagnie de sa famille», a précisé Motörhead. «Nous ne parvenons pas à exprimer le choc et la tristesse que nous ressentons. Il n’y a pas de mots pour cela».

Ian «Lemmy» Kilmister, né en Angleterre le 24 décembre 1944, est mort dans la nuit de lundi à mardi. Ancien guitariste d’un groupe oublié (Hawkwind), il avait fondé Motörhead à la fin des années 70. Le succès est venu rapidement pour le trio alors composé de Lemmy (basse et chant), «Fast» Eddie Clarke (guitare) et Phil «Phithy animal» Taylor (batteur décédé en novembre à 61 ans).

L’alcool, les drogues, le jeu et les femmes

Le casting variera au fil des années, mais la star incontestée c’est Lemmy, icône du rock’n’rollcélèbre outre Manche. Longue silhouette noire, cheveux aux épaules, favoris reliés à la moustache comme un général russe du XIXe, voix de rogomme, il aimait l’alcool, à peu près toutes les drogues – sauf l’héroïne -, le jeu, les femmes. Il avait gardé de son experience de guitariste une manière très singulière de faire sonner ses énormes basses Rickenbacker, plaquant de ses doigts bagués des accords insensés que les quatre cordes. Les standards du groupe sont gravés dans trois albums du début des années 80: Ace of spades, Bomber et Overkill. La chanson du même nom avait surpris les amateurs de l’époque par la rapidité avec laquelle Taylor y martyrisait sans discontinuer de ses deux grosses caisses. En concert, Motörhead la jouait deux ou trois fois plus vite encore, l’actuel batteur, Micky Dee, repoussant continuellement les limites humaines en la matière, un peu comme Lance Armstrong grimpait l’Alpe d’Huez à chaque fois plus rapidement que l’année d’avant.

Admiré par nombre de musiciens anglais pour son attachement à une vie de rocker selon les canons originels -cuites, groupies, tournées en car -, à l’opposé des stars qui ont adopté un style de vie nettement plus bourgeois – cuites, groupies, jets privés -, Lemmy, garçon jovial et cultivé, était fameux pour ses apparitions auto parodiques, dans une publicité pour une assurance, notamment. Son interprétation acoustique et lente du classique Ace of spades pour la bière 1664 dans un bistrot français est aussi un grand moment.

Son hygiène de vie aléatoire commençait malheureusement à porter ses fruits, et les pépins de santé s’accumulaient. Un concert à Paris avait d’ailleurs été annulé dernièrement. La voix de toile émeri s’est donc tue pour toujours, il ne reste plus aux fans qu’à faire craquer leurs vieux vinyles en hommage à Lemmy.

Source Le Figaro 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s