Noel Gallagher présente une nouvelle version “D’You Know What I Mean” d’Oasis

Une nouvelle version de l’album “Be Here Now” sortira, avec des titres inédits.

Les frères Gallagher font souvent parler d’eux. Mais rarement ensemble. Même si on semble encore loin de la réunion, le duo turbulent de Manchester continue de faire vivre son ancien temps et annonce la réédition de l’album Be Here Now, dont la sortie originale remonte à 1997.

Une nouvelle version qui sera dévoilée le 7 octobre 2016, sur Big Brother Recordings. Un premier aperçu est déjà disponible sur youtube, un des classiques du groupe, D’you You Know What I Mean, repensé par Noel Gallagher.

Cette réédition s’inscrit dans la série Chasing The Sun : 1993-1997, lancée en 2014, et succède au rework des deux albums d’Oasis : Definitely Maybe (1994) et (What’s The Story?) Morning Glory? (1995.)

Cette troisième sortie sera livrée sous la forme d’une édition spéciale, comprenant trois disques, dont le mystérieux Mustique Demos, 14 titres enregistrés par Noel Gallagher et le producteur Owen Morris sur l’ile caribéenne en 1996, mais aussi de nombreux morceaux inédits, des lives rares, et bien-sûr, les 12 titres de Be Here Now remasterisés.

 

album oasis

par  pour les inrocks

David Bowie: un album posthume et une comédie musicale

Les hommages au Thin White Duke se multiplient mais ne se ressemblent pas…

Morceaux inédits, films-hommages, enregistrements inaboutis dévoilés… Les sorties post-mortem d’artistes sont devenues avec le temps monnaie courant. De Kurt Cobain à John Lennon en passant par Amy Winehouse, les hommages posthumes se sont multipliés, qu’ils soient légaux ou non (on se rappelle des différends entre le père d’Amy Winehouse et Asif Kapadia, réalisateur du documentaire sur la vie de la chanteuse. Le premier désapprouvait totalement ladite oeuvre du second, la jugeant fallacieuse).

Aujourd’hui, c’est au tour de Bowie de connaître le même sort : quelques mois après la mort de l’icône glam-rock, on apprend la sortie d’un album posthume, mais également l’arrivée en Europe d’une comédie musicale. Explications.

Une comédie musicale à Londres à la rentrée prochaine

Ayant rencontré un franc succès à New York, la comédie musicaleLazarus (du nom de l’un des derniers singles du chanteur) s’exportera dès le mois d’octobre prochain à Londres. Inspirée de L’homme qui venait d’ailleursfilm dont le chanteur était déjà le héros en 1976, et agrémentée par les chansons de Bowie, la pièce s’est jouée quasiment à guichets fermés à chacune de ses représentations américaines. Avec en prime Michael C. Hall (Dexter, Six Feet Under) dans le rôle principal, on est presque sûrs que Lazarus connaîtra le même sort en Angleterre, et l’on espère grandement une exportation en France par la suite.

The Gouster, l’album-posthume surprise

Dans ce genre de situation, il y a souvent deux écoles qui divergent fort sur la question. Les uns se réjouiront d’entendre les créations de leur feu artiste favori, tandis que les autres se révolteront d’une telle sortie, criant au non-respect de l’artiste et accusant ses proches ou son entourage musical d’un business peu scrupuleux.

Du côté de David Bowie, c’est son label Parlophone qui a annoncé la nouvelle via Facebook, promettant un nouvel album comportant pas moins de sept titres inédits. Accompagné de photos, elles aussi inédites bien sûr, de l’artiste prises lors de sessions d’enregistrement dans les années 70, The Gouster sera notamment introduit par une toute nouvelle version du titre John, I’m Only Dancing, tube phare du chanteur sorti en 1972.

S’il est clair que David Bowie avait visiblement tiré lui-même sa révérence avec Blackstar en janvier dernier (il y racontait notamment dansLazarus“Look up here, I’m in heaven” (“Regarde en haut, je suis au paradis”), se sachant condamné par un dévastateur cancer), ce genre de réédition quelle que soit ses motivations fait perdurer le mythe du chanteur aux mille visages, et complète une collection d’œuvres magistrale.

 

source Ana Benabs – les inrocks

Propos islamophobes: Rock en Seine annule le concert des Eagles of Death Metal

jesse-hughes-leader-de-eagles-of-death-metal-emu-pour-son-retour-sur-scene-a-paris-trois-mois-apres-les-attentats_5517333

Jesse Hugues, le chanteur de Eagles of Death Metal a tenu des propos qui ont déplu à l’organisation de deux festivals français.(AFP / JOEL SAGET)

Les festivals Rock en Seine et Cabaret Vert n’ont pas du tout apprécié les propos anti-musulmans de Jesse Hugues, chanteur des Eagles of Death Metal, groupe présent au Bataclan le 13 novembre dernier. Ils ont annulé leurs concerts.

Ils se sont dit « en désaccord total avec les récents propos tenus parJesse Hugues« . Les équipes dirigeantes des festivals Cabaret Vert (à Charleville-Mézières) et Rock en Seine (à Paris) ont annoncé ce vendredi, dans un communiqué, qu’ils annulaient les concerts du groupe Eagles of Death Metal, « qui étaient prévus cet été ».

Samedi dernier, alors qu’il est interviewé par le site conservateur américain Taki’s Magazine, le chanteur explique clairement que l’islam est une « idéologie » qui pose problème. Il fait également, comme déjà auparavant, un rapprochement entre les équipes chargées de la sécurité du Bataclan et les terroristes qui ont frappé la salle de concert le soir du 13 novembre, alors que son groupe était sur scène.

Jesse Hugues, défini par ce site comme islamophobe, affirme qu’il a croisé l’un des terroristes « plus tôt dans la journée » du 13 novembre.

« J’ai déjà eu des problèmes pour ces propos »

« J’ai remarqué qu’il nous fixait », ajoute-t-il. « On ne peut pas nier que les terroristes étaient déjà à l’intérieur (du Bataclan, Ndlr), et ils ont bien dû entrer d’une façon ou d’une autre », lance aussi le chanteur. « Pendant la fusillade, je suis sorti et la porte derrière la scène était ouverte. Comment cela a pu se produire? », affirme-t-il aussi, accusant de fait les agents de sécurité de la salle de complicité avec le commando terroriste.

« J’ai déjà eu des problèmes pour ces propos », souligne encore Jesse Hugues, qui n’a pourtant pas hésité à récidiver. En février et en mars dernier, il avait déjà mis en cause la sécurité du Bataclan, dans des interviews livrées à Vanity Fair et Fox Business et avait été sommé de s’excuser.

Source L’Express

Un festival organisé en hommage à une des victimes du Bataclan

bouffardises-tt-width-604-height-403-crop-0-bgcolor-000000-nozoom_default-1-lazyload-0

Le festival Les Bouffardises réunira 6 groupes et 2 DJs ; il aura lieu le 2 juillet en Dordogne.

La première édition du festival Les Bouffardises a été organisé en hommage à un jeune homme victime des attentats du 13 novembre 2015, Maxime Bouffard (dont vous pouvez lire le portrait sur le site Le Monde). Pour l’occasion, 6 groupes et 2 DJ ont été invités à monter sur les scènes du Coux-et-Bigaroque, le village natal du jeune garçon. On comptera notamment, entre autres, les présences de Sarah W Papsun, The Dedicated Nothing et Blackbird Hill.

D’un point de vue purement pratique, des navettes seront affrétées afin de mener les festivaliers de la gare du Buisson au lieu où se dérouleront les concerts. Vous pouvez retrouver plus d’informations sur l’événement Facebook dédié au festival, qui se tiendra le 2 juillet.

Le dandy Bowie est mort ce dimanche

David Bowie, un artiste génial et protéiforme  Crédit Média : Anthony Martin

L’album Blackstar est le dernier de David Bowie. Le chanteur est décédé à l’âge de 69 ans, dimanche 10 janvier. Son compte Facebook a annoncé la triste nouvelle aux fans : « David Bowie est décédé paisiblement, entouré de sa famille après une lutte de 18 mois contre le cancer ». Quelques jours plus tôt, le chanteur avait déjà choisi le jour de son anniversaire pour dévoiler son album.

David Bowie né David Jones en 1947 à Brixton, en Angleterre. Il est arrivé dans le paysage musical anglais à la fin des années 60 comme un chanteur folk un peu banal. Une de ses chansons se fait toutefois remarquer. En 1969, pour accompagner le premier pas sur la Lune, la radio anglaise BBC diffuse Space Oddity. Derrière ce titre, un surdoué. À 15 ans, David Bowie était déjà auteur-compositeur-interprète qui jouait du piano, de la guitare et du saxophone. Il cachait un vrai goût pour la provocation. En 1971, il pose en robe longue sur la pochette de son nouvel album et signe cette chanson à laquelle le groupe Nirvana redonnera vie en 1994.

David Bowie – Space Oddity

Un artiste caméléon

David Bowie se métamorphose en rocker. Il change et impose son univers : le travail de mime, qu’il a expérimenté plus jeune, lui permet de mettre au point un jeu de scène qu’il est alors le seul à pratiquer dans le rock. Ses mélodies sont redoutables et ses paroles intriguent : textes ésotériques, remplis de folie (son demi-frère souffrait de graves problèmes psychiatriques. Il en parle dans The Bewlay Brothers sur Hunky Dory). David Bowie restera fasciné par les mondes futurs. Il chante « Y’a-t-il une vie sur Mars » : Life on mars ? »

David Bowie – Life On Mars?

Avec son sens inné de la métamorphose, Bowie est un artiste caméléon, pour ne pas dire schizophrénique. En 1972, il devient le héros androgyne de la jeune génération en Angleterre.Il devient Ziggy Stardust. David Bowie, qui n’avait pas les yeux de la même couleur (souvenir à vie d’une bagarre à l’école), n’a cessé de mélanger les styles. Il était un des musiciens les plus originaux et imprévisibles. Il a été un des inventeurs de ce qu’on a appelé le glam-rock, mélange de musique rock, de paillettes et d’ambiguïté sexuelle. En 1973, il délivre l’album Aladdin Sane (A lad insane = un homme fou) écrit en tournée aux États-Unis. Il réapparaît, cheveux rouge, le visage rayé par un éclair rouge et bleu. Il invente le rock décadent, façon cabaret abîmé au jazz.

Un morceau coécrit avec John Lennon

Dans cet album, la chanson The Jean Génie dédiée à son ami Iggy Pop. David Bowie écrivait et composait énormément, constamment. Amoureux de l’art, il dévorait le cinéma, théâtre, photo, dessin, la peinture et la littérature. En 1974, inspiré par le roman 1984 de Georges Orwell, Bowie publie Diamond Dogs. Disque entièrement enregistré sous l’emprise de substances illicites. Peint en homme-chien sur la pochette, le chanteur raconte la vie d’une cité, la cité de la faim, envahie par des chiens enragés et des rats mutants.

Déjà dans cet album, David Bowie signe quelques morceaux hommage à la musique soul noire américaine. En 1975, il compose tout un album soul. L’album Young Americans qu’il qualifiait de naïf. Dans cet album, Fame, un morceau coécrit avec John Lennon, devient un tube.

David Bowie – Fame (2002 Live)

En 1976, album annonciateur du style new wave : Station to Station. Bowie relance l’intérêt du public en inventant un personnage de dandy, le Thin White Duke, se reprend en main, regoûte à une vie plus saine. En 1976, dépressif, il s’installe à Berlin pour retrouver un peu de tranquillité. Il y reste trois ans et publie trois albums anti-commerciaux, anti-rock, bourrés de musique froide, instrumentale et métallique aujourd’hui qualifiés de chefs-d’oeuvre et précurseurs du style new wave. Au milieu de cette trilogie berlinoise, une chanson solaire, remplie d’espoir : Bowie observe un couple d’amoureux se promenant près du mur de Berlin. Dans la foulée, il écrit Heroes.

« Let’s dance », un album produit par Nile Rodgers

En 1980, Bowie installé à New York, devient un Pierrot lunaire sur la pochette de son nouvel albumScary Monsters. Il joue du synthétiseur en précurseur et fait le bilan de dix années de carrière : le Major Tom de sa chanson Space Oddity est tombé dans la drogue. David Bowie tire un trait sur ses folkloriques années 70, il les réduit en cendres : Ashes to Ashes. Fini les personnages déjantés et les albums concepts, il vise les radios et le grand public. En 1981, il fait un duo avec Freddy Mercury, le chanteur du groupe Queen. La chanson Under Pressure fait le tour du monde.

Queen & David Bowie – Under Pressure (Classic Queen Mix)

Bowie enchaîne avec l’album Let’s dance (1983), produit par Nile Rodgers du groupe Chic. Cet album est moins risqué musicalement que les précédents. Objectif atteint : David Bowie enregistre le plus gros succès de sa carrière et touche une nouvelle génération. Les tubes s’enchaînent. Il reprend une chanson écrite pour et avec son ami Iggy Pop quelques années plus tôt et en fait un succès : China Girl. L’année suivante David Bowie et son ami Mick Jagger reprennent pour la bonne cause, pour le Live Aid, une chanson des années 60 composée par Marvin Gaye pour le groupe américain Martha and the Vandellas : Dancing in the street, énorme succès.

David Bowie réapparaît en 1989 au sein de Tin Machine, un groupe dont il n’est qu’un simple membre. Trois albums sont enregistrés mais les résultats sont décevants et Tin Machine s’arrête, faute d’avoir convaincu. Suivront dans les années 90, cinq albums ambitieux. Bowie, toujours ancré dans son époque, avait découvert un « nouveau vocabulaire merveilleux » : la musique électronique. Il la mélangeait au classique, au jazz et à la pop. Des albums de grande classe dans lesquels on retrouvait ça et là le style de ses premières compositions. 

Le Dandy anglais par excellence

Il était aussi un redoutable homme d’affaires. Il fut l’un des premiers artistes à utiliser Internet pour faire partager ses coups de cœur et mettre en ligne des chansons uniquement destinées au web. David Bowie avait retrouvé les joies du disque rock, qui va droit au but. Un disque positif écrit après les attentats du 11 septembre à New York : « Dans les périodes de grands traumatismes, disait-il, on doit rechercher le côté optimiste de la vie ».

Depuis plus de 20 ans, David Bowie incarnait à la perfection le dandy anglais extrêmement raffiné et élégant. Il formait depuis 1992 un couple ultra chic et glamour avec le top model d’origine somalienne Iman, leur petite fille est née en l’an 2000. En juin 2004, il avait dû interrompre ce qui restera sa dernière tournée mondiale. Il avait subi une intervention chirurgicale pour se faire déboucher une artère. Depuis, Bowie se faisait très discret. Il vivait à New York. Il était toutefois réapparu sur scène en mai 2006, à Londres, aux côtés de David Gilmour pour interpréter deux classiques de Pink Floyd.

Source RTL

Renaud est sobre «depuis 108 jours» et revient avec un album en mars

Le chanteur a donné de ses nouvelles sur Facebook. Il annonce ne plus boire, moins fumer et être en train de finir son nouvel opus…

648x415_chanteur-renaud-novembre-2007

Renaud donne de ses nouvelles et elles sont plutôt bonnes. « Je ne bois plus une goutte d’alcool depuis 108 jours, je ne fume plus que maximum 15 cigarettes par jour au lieu de deux paquets et demi », assure-t-il, dans un message publié mercredi sur le compte Facebook Soutenons Renaud Séchan.

 

« Je pète la forme, j’ai fini mon disque, reste le mixage et le mastering, donc sortie prévue en mars », annonce le chanteur.

« Ta batterie », chanson du retour

Sur son nouvel album devrait figurer la chanson Ta batterie, révélée en octobre et disponible sur le dernier opus de Grand Corps Malade, Il nous restera ça. C’est le slameur qui a encouragé l’auteur et interprète de Mistral Gagnant à retrouver l’inspiration.

« Je me suis mis avec une feuille et un stylo, j’ai écrit les deux premières phrases [de Ta batterie] puis il m’a dicté les autres. Je pense qu’il avait envie au fond, il lui fallait une petite étincelle. J’étais là au bon moment », expliquait-il à Europe 1 en juin. Après l’étincelle, on attend le feu d’artifice.

 

Source 20 minutes – par Fabien Randanne

La programmation de Coachella 2016, enfin dévoilée

coachella-750-2-tt-width-604-height-403-lazyload-0-crop-0-bgcolor-000000

Et comme d’habitude, elle est monstrueuse.

Après l’annonce, par des moyens détournés, des reformations événements de LCD Soundsystem et Guns N’ Roses, Coachella confirme le retour des deux groupes mythiques en dévoilant la totalité de sa programmation 2016. Du 15 au 17 puis du 22 au 24 avril prochains à Indio (le festival californien se déroule sur deux week ends consécutifs depuis quelques années), les chanceux sur place pourront profiter de M83, Foals, Christine And The Queens, Disclosure, Nina Kraviz, Major Lazer, A$AP Rocky, Grimes, The Last Shadow Puppets, Flume ou encore Beach House, parmi d’autres grands noms.

Côté révélations récentes, on pourra compter sur les prestations de Courtney Barnett, Bob Moses, Lapsley, Mbongwana Star, Sophie, Algiers, Claptone… Mais le mieux est encore de s’abimer les yeux en fouillant sur l’affiche, dont la composition bordélique est désormais bien connue (voir plus bas)

 

Et pour ceux que ça intéresse plus en détail, les infos sur les pass se trouvent sur le site de Coachella.

Source Les Inrocks par par

coa16_full-1-tt-width-1800-height-2400-lazyload-0-fill-0-crop-0-bgcolor-ffffff